L’interview de Jean-Philippe Cuniet

Le 28 février 2018 – Dans le cadre du groupe projet en deuxième année de master ingénieur d’affaires, des étudiants sont allés interroger certain formateurs. Après Hugues Marguet, c’est au tour de Jean-Phillipe Cuniet:

Pouvez-vous vous présenter ?

 

En 20 ans, j’ai créé 3 entreprises de design produits, de communication par la bande dessinée… et lancé une startup dans l’internet des objets et les études consommateurs.

Quel est votre parcours pro?

Durant 8 ans, j’étais directeur commercial B2B sur 8 pays, dirigeant une équipe de 15 personnes à l’international, dans un grand groupe américain d’information financière – la société Dow Jones – à Londres, Amsterdam, Bruxelles et Paris, puis créé 3 entreprises en 20 ans. Ces entreprises étaient dans 3 secteurs distincts : Une agence de design produits B2B et notamment beaucoup de clients dans le secteur des jouets pour enfants, une agence de BD publicitaires, et lancé une startup dans l’internet des objets et les études consommateurs…

Pourquoi avez-vous choisi d’enseigner ?

Dans un monde digital qui évolue si vite, il faut sans cesse se former… et former est le moyen le plus motivant pour apprendre. L’enseignement me permet de continuer à explorer de nombreux métiers via les études de cas réelles avec les étudiants. Ne pas se laisser enfermer dans une seule activité. L’envie de transmettre mon expérience issu de tant de secteurs différentes, dans autant de pays, mais aussi l’envie de continuer à apprendre, car la formation oblige à s’auto-former.

Depuis combien de temps enseignez-vous chez Euridis ?

J’enseigne depuis 2015 à Euridis Business School.

Qu’enseignez-vous chez Euridis, et quelle est la valeur ajoutée pour l’étudiant?

J’enseigne le marketing digital appliqué à la vente, et les technologies du commercial augmenté. L’objectif est de permettre aux commerciaux de s’approprier les outils digitaux qui le rendront plus efficace au quotidien, de réinventer les process commerciaux plus efficaces, et de savoir travailler avec le département marketing qui est au service de la vente.

Comment se déroule vos cours généralement ?

Mes cours sont très “concrets”. Nous cherchons, pour chaque entreprise, des méthodes, outils et processus d’amélioration. J’utilise beaucoup de cas concrets, et de story-telling, pour que mes cours soient le plus vivant possible. Vivants et Utiles.

Accompagnez-vous les étudiants durant leur cursus ?

Tous les professeurs d’Euridis Business School sont à l’écoute des clients. Je suis disponible par plusieurs moyens (digitaux) et je garde souvent une relation amicale à long terme avec les meilleurs étudiants.

Après 3 années d’enseignement chez Euridis quel est votre avis aujourd’hui sur l’école et ses formations ?

L’école essaye d’offrir une formation vente très opérationnelle et concrète, applicable immédiatement en entreprise. Il convient maintenant de maintenir cette avance car les méthodes de vente moderne et les outils digitaux du marketing évoluent à raison de 4 nouveaux outils digitaux par jour : Une évolution exponentielle qui justifie une formation spécialisée en vente & marketing du secteur de l’IT.

Avez-vous une anecdote sur votre enseignement au sein d’Euridis?

En cours, mes élèves mettent souvent au point des stratégies de vente technologiquement très innovantes qui “accélèrent” la vente, et qui m’impressionnent régulièrement.

Quel message pourriez-vous transmettre aux jeunes ?

Les jeunes commerciaux doivent rester très attentifs aux méthodes permettant d’optimiser leurs processus commerciaux… et malgré le digital, il faut humaniser (encore plus qu’avant) la partie humaine de la relation commerciale. Des outils tels que Soapbox ou Vidyard permettent par exemple de répondre en quelques secondes à un email en vidéo, pour donner un visage au commercial. Des outils tels que Lusha ou Crystalknows permettent de trouver plus rapidement des informations sur les contacts lors d’une prospection. Des outils tels que Swapcard permettent de prévoir les rencontres possibles sur un salon professionnel B2B …et ces outils évoluent tous les jours.

Que pensez-vous en tant que pro du secteur du métier d’ingénieur d’affaires ?

Le métier d’IA (ingénieur d’affaires) doit se moderniser, notamment avec l’arrivée de l’IA (intelligence artificielle) pour aider les processus commerciaux. Il est de plus en plus important pour un ingénieur d’affaire de se familiariser avec les technologies marketing. Les technologies d’intelligence artificielle vont (de plus en plus) assister le commercial au quotidien dans son processus commercial, tout comme elles assistent certains métiers de santé dans leurs diagnostics ou des recruteurs dans leur choix de candidats. D’ailleurs, je parle souvent des technologies utilisées par les recruteurs pour aider les étudiants à trouver plus efficacement du travail. Des CRM tels que Salesforce utilisent largement l’IA dans leurs outils, avec notamment Salesforce Einstein.

Comment voyez-vous le métier d’IA dans 10 ans ?

A mon avis, les métiers actuels du marketing et du commercial vont, d’après moi, se rapprocher à tel point que d’ici 10 ans, le commercial sera un professionnel du marketing, et les marketeurs actuels prendront une grande part de la fonction commerciale… d’où l’importance attachée par la direction pédagogique d’Euridis à enseigner le “marketing appliqué à la vente” aux commerciaux.

Pour terminer, un mot sur ce qui attends nos futurs Euridissiens durant leurs années d’études

Soyez curieux. Soyez technologiques. Soyez humains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *