Les perspectives de l’alternance et les nouveautés en 2013

Le saviez-vous ? Quelques chiffres sur l’alternance et l’apprentissage

L’alternance et l’apprentissage ont connu une forte croissance dans les études supérieures

– Parmi les jeunes diplômés de niveau Bac +4 et plus en 2010, 11% ont effectué au moins une partie de leur formation en alternance.
– Entre 2006 et 2011 le nombre d’apprentis pour les titres de niveau I (Bac+5) en Ile de France a plus que doublé pour atteindre 12,646 apprentis

Parmi les Jeunes diplômés Bac + 4 et plus ayant suivi une formation en alternance – (source étude APEC 2011)

– 70% ont signé un contrat d’apprentissage et 30% un contrat de professionnalisation
– 55% sont alternants dans une entreprise de plus de 1000 salariés et 8% dans une entreprise de moins de 20 salariés

L’alternance continuera à progresser en 2013

Plusieurs facteurs vont continuer à favoriser le développement de l’alternance en 2013 et plus spécifiquement pour la force de vente notamment dans le secteur informatique/telecom/web.

Au niveau réglementaire plusieurs dispositifs agissent favorablement sur l’alternance. Tout d’abord la mise en œuvre de la loi Cherpion – qui limite la durée des stages – incite les entreprises à repenser leur approche sur les stages et favorise l’alternance. Ensuite, la mise en place de la Contribution Supplémentaire à l’Apprentissage (CSA) aussi connue sous le nom de « bonus-malus alternance » sert d’argument à de plus en plus de responsables RH en entreprises pour convaincre leur management de réfléchir à une approche systématique de l’alternance. En effet, selon la loi de finances rectificative pour 2011 du 29 juillet 2011 (art. 23) le quota de jeunes en alternance que doivent respecter les entreprises occupant au moins 250 salariés augmente de 3 à 4%. Plus les entreprises sont loin de l’objectif de 4% de jeunes en alternance dans l’ensemble de leur effectif, plus la CSA est élevée.
A titre d’exemple, une entreprise de 1000 personnes avec une masse salariale de 25 millions d’€ est redevable d’une taxe d’apprentissage estimée brute de l’ordre de 170 k€ (125 k€ de taxe brute + 45 k€ de contribution au développement de l’apprentissage). Si cette entreprise emploie uniquement 8 alternants (<1% du nombre d’employés), elle sera redevable d’une contribution supplémentaire à l’apprentissage de 50 k€.

Autre évolution très significative, l’augmentation progressive de la part du quota (part de la taxe d’apprentissage qui sert directement à rémunérer les CFA pour leurs couts de formation) qui augmentera de 53% du total de la taxe en 2012 à 59% e 2015. Les entreprises se préparent dès aujourd’hui à recruter un plus grand nombre d’apprentis pour anticiper cette l’évolution.

Les tendances du secteur incitent également de plus en plus d’entreprises à se tourner vers une force de vente par alternance pour des raisons d’évolution du business, accélérée par la crise économique. Les SSII et INTEGRATEURS ont besoin de renforcer leur activité de prospection dans le mid-market étant donné le verrouillage des référencements de prestataires dans les grands comptes. Les EDITEURS DE LOGICIELS ont besoin de maitriser leur coût commercial en faisant de plus en plus appel à des fonctions de type « inside sales » pour lesquelles les alternants BAC+3 sont des profils tout à fait adaptés. Les éditeurs et intégrateurs font également évoluer leur modèle de vente pour tenir compte des solutions SaaS et cloud, qui se vendent par abonnement avec une valeur de commande faible plutôt qu’une vente par projet avec une valeur de commande élevée. L’alternance permet de gagner en flexibilité et en expérimentation pour accompagner ces changements d’organisation commerciale.

Région Ile de France

La Région Ile de France reste soucieuse de développer l’apprentissage soit en aidant les entreprises (1000 € par apprenti en plus du crédit d’impôt) soit en subventionnant les Centres de Formation par Apprentissage (CFA). En Ile de France, il existe 169 CFA et leur fonctionnement est subventionné à 37,5% en moyenne par la Région. EURIDIS qui forme 200 ingénieurs commerciaux par an dans les secteur des NTIC, 100% en alternance est paradoxalement une des rares écoles dont le CFA ne reçoit pas de subventions. Pour pouvoir investir et développer l’école, nous dépendons des versements de suppléments de taxe d’apprentissage. Pensez à nous en Février 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *