Témoignage d’Elodie Grisé – Etudiante en Master Ingénieur d’Affaires

Quelle formation as-tu suivie après ton Bac ?

Pour ma part, j’ai effectué l’intégralité de mes études supérieures en alternance et loin du monde commercial. J’ai tout d’abord commencé par un BTS Assistante Manager, à l’issue duquel, j’ai souhaité poursuivre en Licence universitaire en Gestion des Ressources humaines. Arrivée au terme de ce parcours, je recherchais davantage de nouveaux challenges et de contacts humains, dans le but de me surpasser.

elodie-grise-etudiante-euridis

Comment as-tu connu Euridis Business School ?

Avant de terminer ma licence, je me posais énormément de questions sur l’envie de continuer en Ressources Humaines. Je me suis dit que la meilleure manière était d’aller découvrir ce qui se faisait en matière de formations et de diplômes. Donc le meilleur moyen était d’aller sur un salon spécialisé dans les Masters. J’ai rencontré plusieurs écoles. Puis, je suis arrivée sur le stand d’Euridis. J’ai eu une très bonne impression : les étudiants animent le stand et sont habillés de manière pro.

Après m’être renseignée sur internet sur l’école et ses valeurs, je passais le concours d’entrée quelques semaines après.

Que t’a apporté la formation d’Ingénieur d’Affaires – Business Developer ?

Énormément de compétences, mais si je devais retenir le principal, je pense que je dirais :

une méthode, sur la forme du métier d’Ingénieur d’Affaires. Que ce soit sur la partie technique, mais avant tout sur la partie commerciale
une vision du marché de l’IT, des acteurs et des tendances
un réseau, grâce à la taille de l’école qui permet d’avoir une proximité appréciable avec tous les étudiants, qui deviendront, peut-être, des futurs partenaires.

logo-euridis-business-school

Comment te sens-tu vis-à-vis du marché du travail ?

Pour la majorité des étudiants qui intègrent Euridis, dès les premiers jobs dating, tu peux ressentir une très forte demande qui émane des recruteurs. C’est assez étrange quand tu es habitué à l’inverse.

Les profils Euridissiens sont chassés par les recruteurs durant leur alternance, puis au cours de leur vie professionnelle. En ce moment, le marché de l’IT connaît une croissance enviable qui engendre un fort besoin de profils commerciaux. Aujourd’hui, avec l’expérience que je peux valoriser grâce à l’alternance je me sens très à l’aise sur les missions qu’on me propose en CDI et la négociation de mes prétentions salariales.

Qu’as-tu envie de dire aux étudiants qui doutent de la qualité de l’école ?

Selon moi, c’est dommage de se priver d’une structure qui offre l’accès à un secteur d’activité privilégié qui ne connaît pas la crise et d’un diplôme à valoriser sur le marché du travail, avec des salaires en début de carrière nettement supérieurs au marché. Des opportunités qui peuvent se présenter. Je pense que si on essaie pas, on ne peut pas savoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *