Une ancienne euridissienne donne quelques conseils

Le 13 octobre 2017 –  Pour le 5 ème épisode de la websérie de la rentrée, Audrey Aldo donne quelques conseils aux étudiants et aux futurs euridissiens.

 

 

Audrey Aldo : J’ai toujours pensé la même chose : si nous sommes tous dans une école d’ingénieur d’affaires, c’est que nous sommes tous très bons dans ce domaine. Il faut donc savoir apporter des différences à son profil. Cela va passer par la mise en avant de différents atouts comme les différentes langues parlées. Je parles plusieurs langues ce qui est un véritable point positif lors des recrutements car on peut me projeter sur des postes à l’international. Il faut donc être un expert dans son domaine mais il faut également ajouter des cartes à son jeu.

L’apprentissage de l’anglais chez Euridis Business School

Lois Lollia :  Lorsque tu es rentrée chez Euridis Business School, tu étais bilingue ?

Audrey Aldo : Non, je parlais correctement anglais sans avoir un anglais business. Il faut donc travailler et se familiariser avec ce nouveau vocabulaire pour être un profil atypique et séduisant auprès des recruteurs.

La vente attire aussi les femmes

Lois Lollia :  Dans la vente, il y a très peu de femmes, sais-tu les raisons de ce constat ?

Audrey Aldo : Je ne connais pas les vraies raisons néanmoins j’ai tendance à croire que c’est l’éducation qui a une influence sur le futur. Quand on est très jeune on nous apprend que les filles s’orientent plus vers tel métier et même chose pour les garçons. Très tôt, on  nous éloigne de ce type d’activité ce qui explique peut être qu’il y a moins de femmes. Je ne le vis pas comme un avantage ni comme un désavantage mais j’encourage toutes les jeunes filles qui veulent devenir commerciales.

Un dernier conseil pour les futurs et les actuels euridissiens

Lois Lollia : Est-ce que tu aurais un mot à dire aux étudiants et aussi aux futurs étudiants ?

Audrey Aldo : Pour les étudiants actuels, j’utiliserai un proverbe anglais : work hard and play hard. Avec ce dicton, tout est possible et il faut vraiment se mettre à l’esprit que travailler c’est le nerf de la guerre. Quand on travaille avec de la discipline et de la rigueur, on peut tôt ou tard atteindre son objectif. De plus, il faut pas perdre de vue que pour être épanouie dans son travail, il faut l’être également dans sa vie personnelle. Cela passe par les hobbies et ne jamais sacrifier son travail pour sa vie privée ou inversement. Pour ceux qui veulent rejoindre Euridis Business School, à partir du moment où ils ont décidé leur plan de carrière et de ce qu’ils veulent devenir en identifiant les atouts de l’école, il n’y a aucune raison de ne pas se présenter.

 

Pour le 6ème et dernier épisode, Audrey Aldo reviendra sur quelques souvenirs avec les anciens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *