Un métier d’avenir : commercial dans le secteur des Hautes Technologies

Un métier d’avenir : commercial dans le secteur des Hautes Technologies

Par Nicolas FELLUS, Directeur de la Rédaction du groupe Studyrama – Vocatis
Source : Studyrama.com “Un métier d’avenir : commercial dans le secteur des Hautes Technologies”

Alors qu’elle vient d’emménager dans de nouveaux locaux à la Plaine Saint Denis, Euridis nous a ouvert ses portes. L’occasion de vous faire découvrir cette école de commerce 100% en alternance et spécialisée dans le secteur porteur des hautes technologies.

50% des alternants recrutés par leur entreprise d’accueil, 90% des diplômés recrutés en CDI à la sortie de l’école, avec 41 700 € de salaire moyen : peu d’écoles ou de formations peuvent se flatter de telles performances. C’est pourtant le cas d’Euridis, école de commerce qui forme des experts de la vente et de la négociation à bac+3 ou bac+5.

alternance-recrutement-euridis

De bac+3 à bac+5 en alternance

La spécificité d’Euridis est de former, en alternance, des commerciaux spécialistes dans le domaine des hautes technologies, un secteur qui a de gros besoins de recrutement.

Après un bac+2, les étudiants qui intègrent Euridis se voient proposer un cursus d’un an permettant d’obtenir un Bachelor (Formation de “Chargé d’Affaires en Hautes Technologies” certifiée niveau II RNCP), tandis que les étudiants qui arrivent avec un bac+3 suivent une formation en deux ans d’Ingénieur d’Affaires en Hautes Technologies” certifiée RNCP niveau I (niveau bac+5).

formation-euridis

Un réseau de 300 entreprises partenaires

Mais au delà de son enseignement (25% du temps de l’étudiant), la force de l’école réside certainement dans la richesse de son réseau d’entreprises partenaires spécialisées dans les hautes technologies : Microsoft, Devoteam, HP, Capgemini, Telindus, Bouygues Télécom, Alcatel Lucent, Vision IT ou encore Euriware… Réseau qui permet à l’école de proposer presque 2,5 postes en alternance par candidat. D’où la nécessité pour l’école de recruter des candidats motivés qui répondront aux attentes des entreprises.

Epreuves écrites, mais surtout épreuves orales individuelles et collectives servent à déceler chez les candidats les potentialités de futur négociateur ou vendeur. Si les filières BTS MUC, NRC, DUT Tech de co et autres licences pro constituent un vivier important pour les candidats, les profils « différents » sont recherchés et peuvent faire d’excellents négociateurs ou vendeurs.

Vendeur : un métier loin des idées reçues

Ces métiers très recherchés par les entreprises souffrent encore des clichés assimilant le métier de vendeur ou de négociateur à celui de « VRP ». Si le salaire est souvent l’un des avantages liés à ces métiers, on oublie souvent de dire que les jeunes cadres vont avoir très vite de grosses responsabilités, et une grande autonomie. Ce que confirme Bernard Hasson, directeur d’Euridis, qui suit les diplômés de l’école : « Ceux ci sont souvent, rapidement, responsables de grands comptes et ont des interlocuteurs de haut niveau sur des budgets importants ».

Signe des nouvelles ambitions de l’école, portées par un marché en demande de vendeurs et négociateurs bien formés, Euridis vient d’emménager dans de nouveaux locaux à la Plaine St Denis. Elle souhaite rapidement augmenter le nombre de ses étudiants…afin de satisfaire les demandes de ses entreprises partenaires.

Retrouvez l’article sur www.studyrama.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *